Position actuelle:Français > Actualités > Monde

Tunisie: des messages codés émis par les Tunisiens aux nouveaux dirigeants via les urnes

2014-12-30 11:29:05 xinhua

A l'issue des élections législatives du 26 octobre 2014 tout comme les deux tours de l'élection présidentielle (respectivement le 23 novembre et le 21 décembre courants), les Tunisiens ont émis, via les urnes, une série de messages codés à leurs nouveaux dirigeants qui n'auront, à vrai dire, aucun intérêt à refaire les erreurs commis sous le régime déchu de Ben Ali ou encore ceux des deux gouvernements post-révolution à majorité islamiste.

Le Président-fondateur de "Nidaa Tounes", Béji Caïd Essebsi, a gagné la présidentielle avec 55,68% face au président sortant Marzouki (44,32%). En effet, le premier message émis par le peuple tunisien a été adressé au parti islamiste Ennahdha qui dominait les deux pouvoirs législatif (Assemblée constituante) et exécutif (primature) depuis la révolution de janvier 2011 ainsi que ses alliés, le Forum démocratique pour le Travail et les Libertés (FDTL) et le Congrès pour la République (parti du président sortant Moncef Marzouki).

Les Tunisiens ont écarté les islamistes d'Ennahdha du pouvoir législatif du pays en votant son principal rival, le parti "Nidaa Tounes" (Appel de Tunisie) dirigé par Béji Caïd Essebsi (88 ans), ancien haut responsable sous Bourguiba (premier président tunisien, 1957-1987) et Ben Ali (1987-2011) mais aussi fraichement élu nouveau président de la Tunisie d'après les résultats préliminaires du second tour présidentiel.

D'après certains observateurs locaux, la réaction des électeurs tunisiens lors des législatives a été dictée essentiellement par les échecs des deux gouvernements dirigés par Ennahdha à redresser la situation sécuritaire (menace terroriste et deux assassinats politiques) et à trouver des solutions à la détérioration des principaux équilibres économiques du pays.

Le deuxième message émanant des Tunisiens à travers les urnes législatives vise le parti victorieux du scrutin, "Nidaa Tounes" qui a eu 86 sièges au sein de la nouvelle Assemblée des représentants du peuple (APR).

A ce niveau, le message demeure plus pertinent et significatif puisque "Nidaa Tounes" a gagné, certes, mais il n'a pas bénéficié d'une majorité assez suffisante pour dominer le pouvoir législatif, soit les des deux tiers des 217 députés de l'APR. Ainsi, les Tunisiens ont parié sur ce parti post-révolution connu pour être un réservoir de compétences capables de relancer principalement l'économie tunisienne.

Cependant, le parti "Nidaa Tounes" ne sera pas dans une "gérance libre" du fait que les Tunisiens ont encore une fois imposé leur volonté à travers l'élection d'Ennahdha comme étant le deuxième poids politique à l'APR avec 69 sièges.

Par voie de conséquent, les deux "frères ennemis" de la scène politique tunisienne ne pourront que cohabiter ensemble et coordonner pour l'intérêt suprême de la Tunisie: un autre message fort émis par les Tunisiens à travers le scrutin législatif du 26 octobre 2014.

Ce choix a trouvé très rapidement son reflet à travers la réaction d'Ennahdha lors du premier tour de l'élection présidentielle. Le commandement islamiste a annoncé officiellement qu'il ne soutiendrait aucun des deux candidats à savoir Béji Caïd Essebsi et le président sortant Moncef Marzouki.

On vous propose aussi…

Radio en ligne

Commentaires plus populaires

Aube
Aube

le developement de transport en Chine est vraiement mervailleux!

Muhoza
Muhozainternaute

Salut ! Je suis Burundaise, j'aime beaucoup l'émission du cours de chinois j'ai envi de savoir dialoguer avec quelqu'un le Chinois.

Mots clés

Actualités
Informations les plus récentes Chine Monde Pays francophones Analyses
Vidéo
Infos du jour Évènements Interviews Culture chinoise