Position actuelle:Français > Culture

Pesang : passeur d’artisanat ethnique

2015-01-11 20:59:41 La Chine au présent

Au mois de mai 2008, avec le soutien du gouvernement local, Pesang a fondé, à ses propres frais, la Coopérative de tissage ethnique artisanal du bourg de Tsethang, avec pour but d'hériter et de diffuser le patrimoine culturel immatériel de la région tibétaine.

Totalement fait main

Quand il travaillait comme peintre de thangka, Pesang avait un bon revenu. Son œuvre réalisée en 1983 et baptisée Ramasser le hada avait même obtenu le second prix lors d'une exposition nationale de peinture destinée aux agriculteurs. Mais il a investi presque toutes ses économies pour créer la coopérative.

En ce qui concerne le financement et les bénéfices, Pesang exprime clairement sa position : « Mon argent vaut beaucoup moins que les techniques de tissage huaji. J'espère pouvoir contribuer à leur préservation. L'artisanat ethnique est un trésor sans pareil. S'il disparaît aujourd'hui, ce sera une perte irréparable pour la civilisation humaine. Dans le même temps, j'espère, par la diffusion de ce patrimoine culturel exceptionnel, augmenter les revenus des membres de la coopérative et animer le marché de l'emploi local. »

Cependant, rendre la coopérative rentable n'est pas chose aisée, car les techniques de tissage huaji nécessitent un coût très élevé. De la sélection de la laine à son filage en passant par le tissage au métier à tisser à pédaliers, ainsi que le lavage et la coloration des produits finis, on compte au total 18 opérations dans le processus. « Les jeunes employés de la coopérative passent plus d'un an à maîtriser tous les chaînons du tissage huaji, fait remarquer Pesang. La laine destinée au tissage huaji provient du duvet autour du nez du mouton, et un mouton en possède au maximum 0,5 kg. Pour transformer celui-ci en fil, un artisan expérimenté doit filer 0,1 kg de duvet par jour, tandis qu'un tissu huaji nécessite au minimum 0,6 kg de fil », explique Pesang.

Pourquoi ne pas utiliser alors une technique mécanique pour le tissage ? Pesang nous explique : « J'avais songé à mécaniser le tissage, mais de cette façon, ce que nous obtiendrions ne serait pas un véritable tissage huaji. En outre, les touristes n'achètent que les textiles fabriqués intégralement à la main. »

« Les premières années d'une coopérative sont toujours déficitaires, ajoute Pesang. La formation des jeunes tisserands nécessite beaucoup de temps et d'argent. Pendant la période d'apprentissage et d'adaptation, presque tous leurs produits sont défectueux et ne peuvent pas être vendus sur le marché. Les affaires de la coopérative ont commencé à s'améliorer vers 2010. Avec l'augmentation de notre réputation, la coopérative a reçu une plus grande considération de la part du gouvernement local et des gens. Les bénéfices de la coopérative ont atteint 1,62 million de yuans en 2013, et 0,96 million de yuans au premier semestre de 2014. »

Des projets ambitieux

À l'heure actuelle, le huaji est déjà devenu une carte de visite du district de Nêdong. La production et la vente de ce produit sont en constante augmentation. Il est apprécié par de plus en plus de consommateurs.

Lors de la 9e Foire internationale de l'industrie culturelle de Chine organisée en mai 2013, les produits en huaji multicolore qu'a apportés Pesang ont permis à davantage de personnes de découvrir cette sorte d'artisanat tibétain. Pour élever le niveau de R&D de ses produits, ainsi qu'augmenter la réputation et la compétitivité du huaji sur le marché chinois et étranger, la coopérative de Pesang a coopéré au mois de décembre 2013 avec une filiale du groupe Lancy spécialisé dans l'habillement.

En raison de la lenteur de la production manuelle, Pesang refuse les grosses commandes. En plus de la production pour le groupe Lancy, la coopérative gère aussi des commandes spéciales. L'agrandissement de la coopérative est une question urgente à laquelle Pesang est en train de réfléchir. Pour le moment, la coopérative a obtenu des facilités de location par le comité de quartier local. « La coopérative va aider à régler certains problèmes de chômage des habitants locaux. Le gouvernement local de la préfecture de Shannan attache une haute importance au développement de la coopérative. Dans le futur parc industriel en projet, un terrain nous a déjà été affecté », nous confie Pesang, confiant.

On vous propose aussi…

Radio en ligne

Infos du jour

Either scripts and active content are not permitted to run or Adobe Flash Player version 11.4.0 or greater is not installed.

Get Adobe Flash Player
Infos du jour en vidéo 2018-05-14

Commentaires plus populaires

Aube
Aube

le developement de transport en Chine est vraiement mervailleux!

Muhoza
Muhozainternaute

Salut ! Je suis Burundaise, j'aime beaucoup l'émission du cours de chinois j'ai envi de savoir dialoguer avec quelqu'un le Chinois.

Mots clés

Actualités
Informations les plus récentes Chine Monde Pays francophones Analyses
Vidéo
Infos du jour Évènements Interviews Culture chinoise