Position actuelle:Français > Culture

Hong Huang : transmettre la culture traditionnelle à travers la mode

2014-12-04 17:44:55 La Chine au présent

Dans son travail pour ces revues, Hong Huang a fait la rencontre d'un grand nombre de créateurs chinois. C'est ainsi qu'elle a constaté que ceux-ci manquaient d'une expérience avec le marché et d'une plate-forme pour les aider à ce compte-là. Alors, elle a investi dans un magasin baptisé BNC (Brand New China) destiné à promouvoir la mode chinoise.

Dans un espace de 540 km², BNC vend des œuvres de plus de 150 designers chinois encore peu connus : vêtements, accessoires, articles pour la maison, etc...

« Il est probable que certains n'apprécient pas le style des produits ce que l'on vend ici, mais j'essaie de ne pas le prendre mal. Le plus important est d'adopter une attitude responsable face aux consommateurs. Ainsi, l'unique critère au sein de mon magasin, c'est la qualité ! »

La distance entre l'art et la réalité s'avère un problème commun chez les créateurs. D'après Hong Huang, les designers chinois adoptent un style plus pragmatique à l'heure actuelle. « Chaque semaine, nous dressons un rapport d'analyse des ventes pour chacun des créateurs, qui eux nous appellent souvent à la boutique pour savoir ce qu'il en est. En fait, ils sont très préoccupés par leurs performances sur le marché. »

Avec BNC, Hong Huang ne cherche pas à s'enrichir, mais souhaite avant tout présenter au monde un éventail de produits originaux, ainsi que perpétuer une dynamique de développement dans le domaine du design. « La clé maintenant, c'est de survivre. Peu m'importent les bénéfices générés au mètre carré à vrai dire. Ce que j'espère, c'est que notre magasin puisse se développer dans d'autres villes chinoises, et même à l'étranger. » Hong Huang rêve notamment de découvrir des marques chinoises à New York, Paris, Milan et partout ailleurs dans le monde.

Diffuser la culture chinoise via la mode

« Je ne suis pas une brillante femme d'affaires, parce que l'objectif de mon travail ne réside pas dans la récolte du profit, mais dans l'accomplissement de tâches qui font sens. J'espère que l'on partage ma passion pour la création chinoise. Ambassadrice de culture ou femme d'affaires ? Il est difficile de me mettre dans une case. Je me place entre les deux, dans un espace plus libre que j'affectionne. » Hong Huang préfère se décrire comme la femme « la plus culturelle dans le monde de la mode et la plus à la mode dans le monde culturel ».

D'après elle, la mode est en lien étroit avec la culture, qui rassemble les valeurs d'une société. Ces deux dernières décennies, la mode en Chine a été complètement assujettie aux valeurs occidentales, de sorte que les créateurs chinois ont traversé une période âpre. Il était difficile de résister à l'appât des gains importants que peut générer la transformation de matières fournies par l'étranger.

Cependant, en raison de la morosité du marché occidental due à la crise financière de 2008, la Chine est devenue un marché porteur pour la mode. Les acteurs du milieu ont commencé à se tourner vers les créateurs chinois indépendants. L'année dernière, le rédacteur en chef de Vogue s'est déplacé jusqu'en Chine pour sélectionner le premier « Vogue Talent » chinois, le styliste Wang Zhi. Autre fait notable : la marque chinoise Exception de Mixmind dispose désormais de plus de 90 boutiques de détail, qui affichent un chiffre d'affaires total de 100 millions de yuans par an. D'autres marques de créateurs indépendants commencent également à faire leur entrée sur le marché grand public.

Hong Huang affirme : « Les meilleures idées proviennent des gens ordinaires. On a pris l'habitude de rechercher les tendances chez les vedettes, mais c'est une grave erreur. » Ainsi, elle approuve la lutte qu'a menée sans relâche Exception de Mixmind : « Le succès de cette marque n'est pas accidentel. Alors que la société chinoise accordait de plus en plus d'importance au matériel, Exception de Mixmind est allée à l'encontre du courant social ; alors que les vêtements de luxe occidentaux s'imposaient en Chine, elle a mis l'accent sur la finesse des textiles chinois ; alors que le marché préférait les tissus étrangers de haute qualité, elle a cherché à faire meilleur usage du coton traditionnel chinois. »

Selon Hong Huang, le patrimoine culturel se définit comme un concentré de valeurs à transmettre, tandis que l'innovation consiste à créer de nouvelles formes d'expression basées sur ces valeurs. Sans innovation, il n'y a pas possibilité de transmettre l'héritage culturel ; et sans cet héritage, l'innovation perd ses racines.

On vous propose aussi…

Radio en ligne

Infos du jour

Either scripts and active content are not permitted to run or Adobe Flash Player version 11.4.0 or greater is not installed.

Get Adobe Flash Player
Infos du jour en vidéo 2018-06-22

Commentaires plus populaires

Aube
Aube

le developement de transport en Chine est vraiement mervailleux!

Muhoza
Muhozainternaute

Salut ! Je suis Burundaise, j'aime beaucoup l'émission du cours de chinois j'ai envi de savoir dialoguer avec quelqu'un le Chinois.

Mots clés

Actualités
Informations les plus récentes Chine Monde Pays francophones Analyses
Vidéo
Infos du jour Évènements Interviews Culture chinoise