Les dynasties dans l'histoire chinoise

   

La fin de l'ère Zhou s'est subdivisée en deux périodes : celle des « Printemps et des Automnes » (722-481 av. J.-C.) et celle des « Royaumes combattants » (475-221 av. J.-C.).

La première période a vu la naissance des plus grands penseurs de la Chine, comme Confucius qui est né à la dernière moitié de l'époque des « Printemps et des Automnes ».

À la fin du 5e siècle av. J.-C., la Chine a vécu des luttes féodales incessantes entre les différents États (Qin, Han, Zhao, Chu, Yan, Qi, Wei) plus connus sous le nom des « Royaumes combattants »

Pendant cette période, malgré les perrpétuels combats entre les royaumes, la culture a continué à se développer. Le milieu de la pensée chinoise a connu son apogée. Plusieurs écoles de pensée sont apparues.

L'expression de Mao Zedong « Que cent fleurs s'épanouissent, que cent écoles rivalisent » pourrait être appliquée à la situation de cette époque.

En 221 avant J.C , l'empereur Qin Shi huang a realisé l'unification de la Chine et créé la dynastie Qin.


Contrairement à la dynastie des Xia, celle des Shang (du 16ème au 11ème siècle avant J.C) est vraiment prouvée. La dynastie Shang contrôlait un territoire comprenant le Henan, le Hubei, le Shandong, une partie du Shanxi et du Shaanxi, et le nord de l'Anhui actuels.

Pendant la première moitié de son règne, qui a duré presque 600 ans, la capitale a connu plusieurs transferts. La dernière capitale a été Yin, près d'Anyang (dans la province du Henan). Pour les archéologues, la civilisation chinoise atteignait déjà un niveau élevé de développement. On doit deux grandes contributions à la dynastie Shang : l'apparition des inscriptions oraculaires « Jia gu wen » (pratiquée sur des carapaces de tortues et des ossements divers) et l'usage du bronze.

C'est par hasard qu'on a découvert les « Jia gu wen »---ces caractères qui représentent le système d'écriture chinoise le plus ancien. Au début du 20ème siècle, un paysan du petit village de Xiaotun, dans la province du Henan, près d'Anyang, au nord du fleuve Jaune a trouvé des carapaces et des os. Il les a alors vendus, les considérant pour leur usage thérapeutique.

Des experts ont ensuite reconnu des caractères gravés dessus et ont entammé la recherche. Ils ont fini par découvrir les plus anciens vestiges archéologiques de l'écriture chinoise- les vestiges Yin.

Plusieurs dizaines de milliers de fragments ont été découverts à partir de 1928. Cette découverte est venue confirmer la relation fondamentale entre l'origine de l'écriture et les divinités.

L'ostéomancie consiste à interpréter les craquelures en forme de T couché que les devins inscrivaient sur la face externe des carapaces de tortue en appliquant un tison incandescent sur un point de la face interne ; les craquelures révèlent les lignes de force de l'événement au sujet duquel la divination était pratiquée.

Jusqu'à maintenant, 160 mille fragments ont été mis à jour, sur lesquels sont gravés plus de 4 000 caractères. Les experts n'ont réussi à déchiffrer que mille.

Avec les Jiaguwen, l'usage du bronze est une autre contribution de la dynastie des Shang ; leur technique de fabrication des objets en bronze était déjà très évoluée. Beaucoup de vases, de récipients et de coupes destinés aux rituels sont composés de cette matière. Ces pièces atteignent parfois des tailles assez imposantes.

<12345...>
Actualités
Informations les plus récentes Chine Monde Pays francophones Analyses
Vidéo
Infos du jour Évènements Interviews Culture chinoise